Carton à dessin…feuille80

Le croquis du mois…

Un croquis qui avait du mal à sortir du carton …ça y est, enfin!

La légèreté du trait précis se conjugue à la puissance des mots…

« Notre métier est une langue ancienne et a sa grammaire….Alors, comment est-ce qu’on peut faire un bâtiment si on n’en connait pas la grammaire? » 

Qui est l’auteur de ce dessin et de quel bâtiment s’agit-il?

*la série « carton à dessin…feuille » se présente comme un quiz. Trouver quel est le bâtiment dessiné construit et celui qui se cache derrière le dessin. Le dessin est la première communication  de la réalisation future. L’architecte exprime en quelques traits les intentions fortes qu’il va exprimer dans le projet.

Réponse : 

Il s’agit de LA Congiunta un petit musée dédié à l’oeuvre du sculpteur Hans Josephsohn (1920-2012) et réalisé par l’architecte suisse Peter Markli en 1992

un artiste, un architecte…un batiment

La Congiunta cristalise un long chemin de collaboration et d’amitié entre un sculpteur : Hans Josephson et un architecte : Peter Marli. L’architecte a régulièrement sollicité  le sculpteur pour conseil sur ses projets et sur les questions intéressant l’art et l’architecture : les proportions, les volumes, la grammaire. P Marli cherche dans l’art les réponses aux questions qu’il propose dans ses bâtiments.

Les deux hommes ont partagé un intérêt commun pour la Méditerranée et la culture de l’art prémoderne, en particulier le roman, le proto-Renaissance et la Grèce antique.

Ce n’est pas la première fois que l’architecte travaille avec les œuvres de Josephsohn. Un grand nombre de ses réalisations intègrent dans leur conception le travail du sculpteur et font partie des réflexions de Peter Markli sur l’art et l’architecture.

Pour le musée, le rapport art et architecture est autre, mais la question demeure, amplifiée.

« Ce qui émergea ne fut pas de réaliser une  œuvre d’art total, mais plutôt un travail qui reflète les façons dont la sculpture et l’architecture peuvent se définir sans masquer la fracture qui, depuis la Renaissance, a séparé les deux sphères. Et ceci est le propos du projet. La Congiunta est une méditation architecturale radicale, une affirmation que, pour le mieux, deux œuvres souveraines peuvent se rencontrer et réaliser une correspondance basée sur une position connexe ».Peter Markli dans (ed) Mohsen Mostafavi, Approximations: l’architecture de Peter Märkli , The MIT Press, 2002, p. 111.

LA Congiunta

Le musée est situé sur un terrain délimité à l’est par la rivière Tessin et à l’ouest par le chemin de fer cantonal. Le terrain est étroit et est localisé à la sortie du petit village de Giornico du Val Léventine (canton du Tessin).

La Congiunta est ouvert au public uniquement sur demande. Pour y accéder, vous devez récupérer les clés au bar de Giornico. Ensuite, après une petite balade dans le paysage, vous arrivez au musée. Le profil apparaît pour la première fois d’une manière inattendue, au milieu d’une grande clairière herbeuse. Nous sommes au cœur de la vallée.

 

La porte métallique signifiant l’entrée du bâtiment se trouve à l’opposé de l’arrivée depuis le village et pour y accéder vous devez contourner le bâtiment. Cette balade contemplative permet de découvrir la Congiunta qui peut, au premier abord, paraitre austère avec son béton prédominant et son absence d’ouverture. Le propos de Peter Markli est de créer des points de vue différents et variés par la composition des profils, des volumes se découvrant en cheminant dans ces œuvres.

« J’aime les formes qui sont capables de créer des villes, des quartiers car je n’aime pas vivre tout seul avec moi-même. » Peter Markli

Sarren Schiff / La Congiunta, Peter Markli

Passer l’entrée, le  bâtiment étroit de 4.60m de large s’épanouit en hauteur suivant trois espaces représentant les temps différents du travail artistique du sculpteur allemand. Dans la première salle, se trouve six grands reliefs réalisés dans les années 50; l’espace suivant–au centre- accueille huit reliefs massifs conçus entre 1960 et 1970; et en fond, le grand espace de l’époque actuelle, enfin, expose 3 statues et quelques tiges de différentes époques.  A chacun de ces environnements correspondent en fait, différents rapports proportionnels et de lumière.

Peter Markli – La Conguinta

L’étroitesse et la dilation en hauteur des espaces permettent la meilleure mise en valeur des œuvres du sculpteur. Les volumes qui en résultent sont fondus dans une seule matière  et font écho à ses propos

« À l’heure actuelle le principal problème que je vais essayer d’aborder est la relation exacte entre la fonction et la forme d’un bâtiment…je suis plus intéressé à parvenir à un équilibre entre la représentation et le contenu. »Peter Markli 

Le but est atteint. Le bâtiment est, selon les propos de Peter Markli « un conteneur pour l’art »

« Ceci est construit pour les sculptures. Il n’y a que du béton, pas d’électricité, pas d’isolation, juste de l’espace. « 

Et l’espace ainsi projeté prend corps par le jeu des proportions…

P Markli est un fervent utilisateur des systèmes de proportions pour ses projets afin de réguler les volumes, les hauteurs, les dimensions entre elles…

« Pour moi, les proportions d’un bâtiment et de ses parties sont cruciales Par mes études sur les différentes règles de proportion-la section d’or, le Triangulum, le Modulor, etc. J’ai développé mon propre système de proportion. Cela ne garantit pas un bon bâtiment, mais c’est un outil essentiel. »

Par le traitement de la lumière…

 

  

Ici, la lumière est uniquement naturelle. Elle provient d’un long puits de lumière zénithal parallélépipédique, fractionné suivant les trois espaces et coupant le bâtiment dans sa longueur. En cet endroit, le matériau change et de béton, le volume créé devient métal recouvert de panneaux latéraux translucides qui permettent de diffuser la lumière à l’intérieur en évitant les émissions d’ombre. Ce traitement de la lumière en prise zénithale latérale est un système qui  » ressemblent au triforium des églises médiévales » explique Carlo Prati dans son article PETER MÄRKLI. La Congiunta.

La dimension spatiale d’église se retrouve aussi dans la configuration du dernier espace d’exposition où s’ouvrent trois espaces de taille et configuration égales.

…et de la matière
Kalle Söderman / La Congiunta, Peter Markli

Aride par son matériau enveloppe intérieur/extérieur ; le béton, le bâtiment joue avec la relation matière et matière des œuvres du sculpteur et du bâtiment.

« La surface rugueuse du conglomérat change de couleurs au passage du temps: de « lumière blanche intense du matin à l’obscurité du noir profond de la nuit. « extrait « PETER MÄRKLI. La Congiunta ». de Carlo Prati

 

Le bâtiment se transforme. Du soleil présent à certaines heures à l’ombre projetée des sommets envahissant rapidement la vallée, ce contexte naturel crée des nuances de lumières qui influent sur les teintes de la matière très rapidement changeante.

« Les bâtiments de Märkli, d’autre part, sont toujours étroitement liés avec les textures et les couleurs du paysage local « Mohsen Mostafavi  extrait ,Approximations: l’architecture de Peter Märkli , The MIT Press, 2002, p. 15.

En conclusion, La Conguinta mieux qu’une « maison » pour sculptures ou « un container pour l’art » est comme l’écrit Carlo Prati, « une chrysalide dans lequel habite le corps poétique représenté par l’œuvre de l’artiste allemand. »

Peter Markli

« Né à Zurich en 1953, Peter Märkli est un architecte suisse de renommée internationale. Lors de ses études à l’ETH Zurich (1972-1977) il sera très marqué par l’architecte Rudolf Olgiati et par le sculpteur Hans Josephsohn. En 1978, Märkli ouvre sa propre agence. Son style très caractéristique combine une approche plastique sculpturale, articulation entre équilibre et tension, à des couleurs et matériaux terreux en référence aux paysages suisses, principaux décors de ses constructions. » Bibiographie de présentation pour la conférence au Centre Pompidou qui a eu lieu le 22 mai 2017

 

Quelques réalisations

Peter Märkli & Gody Kühnis – Two houses in Trübbach -1982

 

 

 

145 Logements Cooperative Les Hiboux/I « Im Gut » à Zurich- 2007 -2014 , photos © Walter Mair.

 

 

 

Synthes headquarters, Zuchwil 2012 

 

 

 

 

Bureaux Novartis à Basel 2003 – 2006

 

 

Ecole « Im Birch » à Zurich- 2002 -2004

 

 

 

 

Plus d’info…

PETER MÄRKLI. La Congiunta de Carlo Prati …ICI

Interview sur ICONeye …LA

Publicités
Carton à dessin…feuille80

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s