Carton à dessin…feuille70

Le truc …De temps en temps retrouver quelques racines…un jeu par exemple

(+info)

Voici un nouveau dessin. Un dessin plutôt technique…mais pas que!

Forme échelle proportion équilibre … Oui c’est cela : équilibre du vide, du plein, de la matière…juste représenté par un trait ! ce qui est impossible car la matière a une épaisseur même si aujourd’hui cette matière prend des épaisseurs quasi invisibles. Sa visibilité ou sa matérialité dépend des prévisions futures faites sur sa pénurie.

Donc ce petit jeu…  reconnaissance du concepteur-inventeur de ce dessin

Un indice? Un défenseur de la forme ..C’était a parier non? Allez de qui s’agit-il ? Et ce dessin représente une construction… laquelle?

Réponse :

S’agirait-il par hasard d’un des maîtres de la construction de coque en béton de la moitié du 20ème siècle?

Le dessin représente les études pour le restaurant los Maniantales à Xochimilco au Mexique conçu par l’architecte-ingénieur espagnol-mexicain-américain Felix Candela en 1957-58 avec les frères Alvarez Ordóñez.

Cette forme paraboloïde hyperbolique a été reprise pour son dernier projet, le restaurant de l’Oceanogràfic situé à Valence en Espagne dans l’enceinte de la cité des arts et des sciences réalisée par Santiago Calatrava. Il a une portée de 35,5m pour une épaisseur de 6cm. Candela  a conçu l’Oceanogràfic avec les architectes Carlos Lázaro et Alberto Domingo Cabo.

Parcours

« Celui-ci ne considère pas que les caractéristiques essentielles de la construction en béton armé soit d’être une ossature et une charpente. L’analogie qu’il préfère est d’avec les coquillages, leur carapace étant une enveloppe spatiale continue et capable de formes courbes d’une grande complexité géométrique.  »  p 290 Composition, non-composition: architecture et théories, XIXe-XXe siècles par Jacques Lucan

Felix Candela est né à Madrid en Espagne en 1910. Pendant ses études d’architecture,  il est fasciné par les structures en coques de béton et s’intéresse aux travaux de recherche  développés par Robert Maillard (+) en Suisse, Eugène Freissinet en France et Edouardo Torroja en Espagne. Engagé dans la guerre au côté des républicains en 29, il est voué à l’exil en 33. Après un passage dans un camp de réfugiés en France, Il part pour Le Mexique au moment où ce pays vit un développement économique important, le miracle mexicain. Cette période faste s’est prolongée jusqu’au début des années 70.

 » Nous avons commencé de construire plusieurs résidences et chaque fois que nous pouvions, nous mettions en pratique  le système de couverture à coque afin d’acquérir de l’expérience. » F. Candela

Au Mexique, au cours des années 40, Candela développe ses théories sur la structure en coque et expérimente une nouvelle forme de dôme. Dès le début des années 50, il fonde avec son ami architecte mexicain Fernando Fernandez la société : Cubiertas Ala. (1950-1969)

Le premier grand projet, qui l’a propulsé au premier rang comme constructeur de coques béton mince au Mexique, fut le  pavillon des rayons cosmiques (+) de la cité Universitaire de la UNAM réalisé en 1951.

L’objectif semblait impossible. Le programme demandait une zone de laboratoire isolé par une couverture de 15 mm d’épaisseur maximum, de sorte que les rayons puissent la transpercer et ainsi avoir la possibilité de mesurer les neutrons pour lesquels il était conçu.

Pour répondre à la contrainte de l’épaisseur voulue, Candela a proposé la forme  paraboloïde hyperbolique. Outre une faible épaisseur, la double courbure inversée offre une plus grande résistance structurelle et ce système courbe permet l’utilisation d’éléments droits, ce qui facilite la mise en œuvre du coffrage. En ayant deux systèmes de génératrices rectilignes, le coffrage est plus simple que celui d’une voûte formée par l’intersection de cylindres. De même, il est beaucoup plus rigide suite à double courbure, et permet l’obtention de faibles épaisseurs pour la construction.

Le système dit parapluie fut utilisé pour les stations-services, les usines et les entrepôts. Un pilier en béton supportant une ombrelle constituée de 4 paraboloides hyperboliques fut la norme pour les usines et entrepôts et il fut utilisé de manière simple ou plus complexe pour faire entrer la lumière zénithale à la manière des sheds.

A partir de ce moment, l’âge d’or de la construction de coques en béton armé a débuté au Mexique. Et Candela, en tant qu’architecte mandataire, ou en tant que consultant en ingénierie, a développé environ 1400 projets de coques minces de béton armé aux formes très variées, dont 900 ont été construites pendant les 20 années du miracle mexicain.  Les architectes les plus prestigieux de cette époque ont fait appel à lui.

En 71, à 61ans, il s’installe à Chicago et continue son parcours d’enseignant commencé au Mexique et de constructeurs à un rythme différent.

Il meurt en 1997 aux USA.

Réalisations et collaborations emblématiques

 

 

 

Le Marché de Coyoacán (1955), avec les architectes Pedro Ramirez Vazquez et Rafael Mijares;

 

 

 

 

La chapelle ouverte Palmira (1959), à Cuernavaca, avec Guillermo Rosell et Manuel Larrosa;

De nombreux projets ont été réalisés en collaboration avec les architectes Enrique Mora et Fernando Lopez Carmona

 

 

 

l’église Notre-Dame de la Solitude -le Altillo (1955),

 

 

 

 

 

San Antonio de las Huertas (1955),

 

 

 

Palacio de los Deportes – Jeux Olympiques de Mexico en 1968

 

Publicités
Carton à dessin…feuille70

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s