Et pendant ce temps là…news de janvier

… quoi de neuf durant ces premières semaines de 2016…Petit tour d’horizon de l’actualité architecturale à Paris qui propose un agenda toujours très rempli.

Des conférences et des expos …Un esprit cocooning pour commencer l’année, histoire de rester au chaud par ses températures très fluctuantes…

La galerie d’architecture recevait pour quelques jours l’agence Atela architectes. Atela vient de réceptionner la maison du Mexique, une des résidences étudiantes de la cité internationale universitaire de Paris, l’occasion de montrer son travail avec une expo et de nous proposer une conférence état des lieux sur la résidence étudiante.

Puis un tour par la plateforme de la cité qui lançait son premier RDV métropolitains et pour finir une conférence à la SFA donnée par un groupe collectif d’architectes venant du Maroc férus d’architecture moderne et de contexte local.

DÉBAT SUR LA RÉSIDENCE ÉTUDIANTE À LA GALERIE D’ARCHITECTURE (+)

Avec

Lise Mesliand – Directrice générale adjointe en charge de l’aménagement – EPPS
Zineb Amrane – Directrice de projets – EPA Plaine de France
Baudouin Delaporte – Directeur Investissements et Arbitrages – Gécina
Jean Bernad Vaultier – Chargé de mission Hébergement – CROUS de Paris
Suzel Brout – Architecte- (+)
Andrés Atela – Architecte / Enseignant  (+)

la maison du Mexique, Atela architectes

Un vent frais souffle sur l’habitat avec la résidence étudiant. Les invités dépeignent un secteur dynamique se remettant souvent en cause, à la pointe de l’innovation. La résidence étudiante est en perpétuelle évolution pour satisfaire les nouvelles formes d’habiter et de vivre ensemble de ses jeunes locataires venant d’ici ou d’ailleurs. Deux modes de fabrication de la résidence étudiante en ce moment figurent des démarches intéressantes et différentes voire opposées ; celle de Plaine Commune et celle de Paris Saclay.

PARIS SACLAY

est proche du campus à l’américaine. Situé à l’extérieur d’un tissu urbain existant sur un lieu très peu urbanisé : le plateau de Saclay, il est conçu  pour les étudiants. Afin de rééquilibrer ce nouveau quartier, le plan d’aménagement prévoit de retrouver une mixité urbaine en programmant des équipements et des logements familiaux.

TANK Architectes.

Paris Saclay propose une offre de résidence étudiante diversifiée en s’appuyant sur une recherche sur les typologies des logements. Un autre point important, il est prévu de réaliser « …des bâtiments pérennes transformables ». Le campus doit pouvoir se modifier au gré des évolutions et des besoins.

A terme, le plateau accueillera 30 000 étudiants et donc 1000 à 1500 lits (et non logement) étudiants sont programmés  par an. C’est une production de masse avec des questions qui s’y rapportent.

PLAINE COMMUNE

projette de créer des résidences au cœur du tissu urbain existant.  Les résidences seront situées en limite Nord de Paris, à cheval entre deux départements, dans  une mixité urbaine existante ou à venir. Le but est de « s’intégrer dans la vie de la ville » Zineb Amrane.  L’insertion de la résidence étudiante dans un tissu urbain existant fait d’habitat, de bureaux, de commerces,…, renvoi à la question du vivre ensemble.

Cette programmation se base sur les besoins estimés du pôle Condorcet qui accueille 15000 étudiants et chercheurs. Il est donc envisagé 33 réalisations de résidences et l’objectif est de créer 500 lits par an.

« On essaie d’intégrer à l’intérieur des résidences différentes typologies » et de donner plus d’espaces communs. Pour eux « l’étudiant participe à la ville, donc il ne doit pas être isolé » et « On choisira le plein centre-ville plutôt que le nulle part ». Baudouin Delaporte Gecina

Deux modes  où la façon de fabriquer la résidence étudiante est différente. Les questions sont nombreuses et les innovations nécessaires et présentes dans les projets.

Aller plus loin…
la maison du Mexique, Atela architectes

La résidence étudiante est un habitat où la notion de temps d’occupation est importante.De ce fait, la temporalité d’occupation est de plus en plus prise en compte dans les problématiques de gestion des résidences pour éviter l’effet « espace vide » à Saclay ou ailleurs lors des périodes de vacances…  un même étudiant passe en moyenne moins de 9 mois dans son logement. Et d’autre mode de location, hors période étudiant sont proposés par le CROUS de Paris ou sont à l’étude pour Saclay.

De nouveau mode d’habiter rentre dans les projets de résidence, comme celui des collocations. Les autres sujets de recherches se concentrent sur les lieux communs avec de nouvelles exigences, révélant que la société est en perpétuelle mutation.
Cette soirée démontre en comparaison, que le logement « familial » est lui complètement bloqué dans son élan innovant. Il reste au point mort et peut devenir un problème pour les futures générations habituées à ces façons d’habiter novatrices proposées par ces résidences nouvelle-génération.

C’est un « Super programme …le programme d’habitat qui a beaucoup évolué…Il faudrait avoir la même énergie qui a fait repenser le logement étudiant pour le logement urbain » Suzel Brout  Architecte

Et un appel a projet pour le mobilier des chambres étudiantes …ICI

STRABOURG/KEHL 

La rencontre signe le lancement du format urbain mensuel de la plateforme  de la cité : le RDV métropolitains.

Le nouveau  RDV  s’inspire des anciens débats « défis de ville » animé par F Lenne et s’intéresse pour une soirée aux questions urbaines d’une ville en France. Ce soir, il s’agissait de Strasbourg et de sa voisine de l’autre côté du Rhin : Kehl. L’histoire de ce territoire français/allemand fait partie de par sa configuration et son vécu d’une même entité territoriale. Strasbourg a changé souvent de nation et son histoire est ancrée avant tout dans son environnement proche qu’il soit allemand ou français. Elle prend racine dans un territoire local, hors frontière administrative. La géographie du site est cette plaine parcourue par le Rhin enfermée par des montagnes jumelles les Vosges et la Forêt Noire. Une ile, où tout est en double de chaque côté du Rhin, du Nord au Sud. Strasbourg est installée loin du Rhin. Le projet urbain comme la ZAC des deux rives, permet à la ville  de se réapproprier le Rhin et de créer grâce à cette approche urbaine une connexion des territoires de Strasbourg et de Kehl. L’urbain pose la question  du lien à trouver ou à retrouver, pour créer une relation locale de territoire malgré le Rhin/limite-frontière. Le pont a toujours été le lien physique évident pour relier deux lieux coupés par un fleuve ou autre flux.

Pont sur le Rhin – Marc Barani architecte

Il en existe d’autre. La relation à ce territoire peut aussi émerger d’un projet commun sur cette limite le Rhin, comme ce port existant à réaménager avec son voisin Kehl.  Les relations évidentes sont en devenir dans ce territoire Strasbourg/Kehl invisible jusqu’à présent. Elles se tissent avec les recherches de planification urbaines entreprises reliant les deux agglomérations.

Saad El Kabbaj, Driss Kettani et Mohamed Amine Siana À LA SFA (+)

Invitée par la SFA, cette équipe de 3 architectes  indépendants, Saad El Kabbaj, Driss Kettani et Mohamed Amine Siana, jouent collectif lorsqu’il s’agit de participer à des projets importants et ça marche.

Ecole supérieure de Technologie de Guelmim

L’architecture moderne est leur livre de chevet et la réalité culturelle, géographique,…du Maroc leur terrain d’investigations. Originaires de Casablanca, ils puisent leur référence aux sources de l’architecture moderne de la ville. Celles des années 30 jusqu’à l’arrivée du post-modernisme qui s’est installée au Maroc avec des connotations plutôt néo au lieu de post… une décennie aux accents néo traditionalistes, néo régionalistes regrettables pour eux…

La boucle est bouclée.

Le patrimoine vernaculaire local souvent en terre, est source d’inspiration pour l’équipe. Ses volumes épurés aux géométries simples et complexes à la fois font partie du paysage. Ils se nourrissent du résultat d’un savoir-faire local, d’une lumière à maitriser et d’une matière au sol à façonner. L’architecture moderne revient sur le sol de son inspiration. Un juste retour des choses, car le Maghreb a inspiré par son architecture à la volumétrie épurée, géométrique,  l’architecture moderne.

le Ryad et la Casba

Ils proposent une architecture du clair/obscur, faite de jeu avec les ombres, où se protéger du soleil et de la lumière fait partie de la matière…peu de matériaux, une économie qui crée le mimétisme avec l’environnement existant.  Les projets présentés de l’équipe sont situés loin de la ville. Alors, le projet crée un paysage, une urbanité entièrement scénographiée avec ses volumes aux allures répétées, édifiés le long d’une large esplanade/voie. Pour pallier la possible dissolution dans un territoire immense, le projet est créé comme une pièce urbaine sur son terrain éloigné de l’agglomération à laquelle il est rattaché. Mais, ces villes sont en continuelle expansion. Ce qui laisse présager que cette disposition isolée n’est que temporaire…

Réalisations :

D’autres projets sont en cours, en site urbain, pour la restauration du lycée Lyautey à Casablanca en association avec l’agence de Nicolas Michelin

 

Université de Taroudant 2010 (+info)

Photographie © Fernando Guerra | FG+SG

 

 

 

Ecole supérieure de Technologie de Guelmim 2008-2011 (+info)

 

 

Lauréats de l’archmarathon Awards 2015 (+info)

 

 

Publicités
Et pendant ce temps là…news de janvier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s