Idées et pragmatisme…du développement soutenable…part 1

 la mer… la plage…

A quelques semaines d’intervalle, j’ai assisté à deux colloques ou exposés sur les recherches et actions menées en matière de développement durable.

Donc, deux colloques faits du même sable,le développement durable…mais de consistance différente. D’un côté, des exposés raccrochés à des expérimentations locales françaises, de l’autre une vision et des approches singulières de protagonistes évoluant au niveau international. Tentant d’en faire un western à la Sergio Leone avec le fabuleux duel qui commence par un dos à dos des deux acteurs principaux. A y réfléchir, un film à la Quentin Tarantino est plus adapté, avec deux histoires qui se croisent ! … à la sauce cool et détendue, bien sûr… contrairement à du Léone ou du Tarantino pur jus!

Mais reprenons la fameuse réplique de Bruce Willis  dans Pulp Fiction … « revenons à nos moutons »!… En fait si mouton il y a …ce sera sous forme de toison figurant dans les manteaux isolants des bâtiments de ces deux colloques …

La mer…

GA042015@suntrapFP

Lundi à la cité de l’archi avait lieu la remise des prix du Global Award for Sustainable Architecture 2015, pour la 9 ème année consécutive. Les 5 personnes récompensées ont  présenté leur travail. Le thème de l’année était « transmission ».

Des idées, des actions, des recherches …et des écoles. Le matériau est matière grise première. Les lauréats proposent leur façon d’aborder cette société par des solutions inédites qui sont dans cet esprit « durable », soutenable et ils font des émules et ou des écoles. Et voici un bref aperçu de leur vision, de leur approche…de leur militantisme… comment appeler cela ? Le mot parait galvaudé mais le thème est toujours inhérent à l’homme et à ses besoins de dépasser un présent qui ne lui convient pas.

Talca : école d’architecture locale, et recherche appliquée

Donc commençons avec l’école Talca au Chili…C’est l’histoire d’un architecte Joan Ramon Perez qui fonde une école d’architecture dans une région rurale pauvre du Chili avec des étudiants qui n’ont pas bénéficié d’une éducation de qualité.  15 ans plus tard le process d’enseignement a fait ses preuves et pourrait devenir modèle pour d’autres pays. Le principe de l’enseignement est exigeant et de qualité. Il est basé sur la recherche appliquée. Après un temps consacré à la recherche sur le matériau,  la mise en pratique se fait sur des propositions d’amélioration de situations locales dans des sites existants. Des projets sont menés jusqu’à la réalisation. Cette pratique reconfigure l’enseignement courant et engendre une nouvelle façon de voir et de faire chez les étudiants. Le savoir est lié à l’expérimentation. Pendant la conférence, Joan Ramon Perez a exposé les différents points de cet enseignement en s’appuyant sur les réalisations faites par les étudiants. (+info)

Santiago Cirugeda : profession architecte rebelle ou l’art de recréer le métier pour ré-exister

« Depuis de nombreuses années sinon depuis toujours l’architecte manque de responsabilités sociales et refuse l’examen critique de ce qui lui ai proposé. Il est devenu l’instrument des entreprises privées et des administrations publiques qui ont trouvé en lui un complice facile pour construire la ville du profit et de la ségrégation spatiale. Nous travaillons nous pour proposer des stratégies qui réunissent des armes juridiques architecturales et de médiation sociale. Cela commence à se faire maïs toujours très lentement. La situation a encouragé de nombreux architectes à s’engager dans des situations inédites et non planifiées par les administrations. » 

De l’autre côté de l’Atlantique plus près de nous, Santiago Cirugeda …un irréductible sévillan remet en question l’inertie des pouvoirs publics et le trop plein de normes qui paralysent …un de ses premiers projets, un espace en plus pour sa vie d’étudiant a fait la une des journaux de l’époque pour son coté « hors norme ». Depuis ce temps-là, Santiago Cirugeda mène sa guérilla urbaine et remet en question les normes, les systèmes établis avec de nouvelles approches et solutions à l’énergie créatrice. Récupération de lieux , de friches industrielles, de produits, de matériaux, et transformation avec un réseau de personnes impliquées dans toute l’Espagne. Il réalise aussi avec ce réseau des constructions participatives pour remettre l’individu, ses besoins, ses envies, ses idées comme maillon important de l’architecture.

S. Cirugeda et  recetas urbanas …+ Info

Un autre article en english..LA

Yan Gehl …Retrouver la place disparu de l’humain dans l’héritage urbain moderne.

Yan Gehl débute sa carrière au Danemark dans les années 1960 où il pratique l’urbanisme d’objet sur le mode zoning, Ces années-là, sont aussi marquées  par la place prédominante donnée à la voiture dans la fabrication de l’urbain … N’étant pas convaincu par cette façon d’aborder les villes, il entreprend ses propres recherches de remise en question de la fabrication de l’urbain . Il élabore une vision qui remet l’humain au centre des préoccupations de la ville « en rendant les gens visibles. »

« L’échelle la plus importante est l’échelle humaine…on a perdu l’échelle. Ce n’est pas seulement la forme qui fait qu’un espace marche. »

Il se moque de ces perspectives de projets où est mis en scène une multitude  de personnages qui font cruellement défaut lorsque le projet devient réalité. Il a mis au point une méthode pour analyser l’urbain existant et suivant les points de manque, il propose d’améliorer ces villes pour créer un urbain habitable et animée.

L’agence de Yan GehlLA

GA032015@suntrapFP

Extrait

Marco Casagrande : les concepts urbains ou la recherche sur une théorie de la ville post industrielle : la ville de la troisieme génération

Au cours des dernières années, cet architecte finnois a enseigné et travaillé en Europe, en Asie et en Amérique du Nord la conception et la construction des réalisations durables et écologiques tout en transmettant sa philosophie architecturale unique. Son travail est un mélange interdisciplinaire d’art d’environnement, d’architecture, de sociologie et de pensée urbaine. En quelques années, Casagrande a réuni des experts des disciplines d’architecture, d’urbanisme, de sociologie de l’art, de science et a conceptualisé avec succès la ville de la troisième génération, l’ultra ruine, et l’Acupuncture Urbaine. prophétisant l’avenir de l’architecture basé sur de profondes connaissances locales.

Marco Casagrande considère les villes comme des organismes énergétiques complexes dans lesquelles les différentes couches de flux d’énergie sont déterminants pour les actions des citoyens ainsi que le développement de la ville. La ville est vue comme un organisme énergétique multidimensionnel sensible, un environnement vivant.

« L’acupuncture urbaine est une manipulation architecturale de l’intelligence sensible collective. La ville est un organisme aux dimensions multiples doué d’énergie et de sensibilités, une nature vivante avec laquelle l’acupuncture urbaine cherche les points de contact, les flux d’énergie en dessous de la ville apparente. Il revient à l’architecture en tant que art environnemental de produire les aiguilles. »

L’acupuncture urbaine mène au concept de ville de troisième génération. Elle procède par la réintroduction de la nature et l’émancipation des cultures populaires dans une ville post industrielle qu’elles vont contribuer à décomposer et dont elles vont se nourrir.

Treasure Hill à Taipei…More

Le bug Dome à Shenzhen …ICI

Cicada à Taipei…encore LA

L’ Ultra Ruin à Taipei …un article …LA

En savoir plus …Here

Rotor : ou l’art du recyclage des démolitions

Rotor existe depuis 10 ans maintenant et sévit en Belgique. Cette équipe de 9 personnes passionnées par la nécessité de récupérer des matériaux de démolition a mis en place progressivement une méthode adaptée à cette problématique. Gérant le matériau « déchet » ils se sont interrogés sur ce qu’est un déchet pour connaitre la façon de l’aborder. Le déchet est reconnu en tant que tel pour deux raisons soit le matériau fait partie de la liste européenne des déchets et donc est réglementé, soit il fait partie de la liste de chacun et cela dans une totale subjectivité. Car chacun détermine à un instant T si un produit est à jeter ou pas.

Ce déchet issu de démolition, ils ont décidé  de s’en occuper et de le réinjecter dans le processus de la construction. Partant de zéro ou pratiquement, ils ont abordé ce « nouveau » matériau de manière expérimentale et pragmatique en commençant par pratiquer des démolitions et des récupérations sur existant. Petit à petit, ils ont mûri une méthode qui va de la démolition à la réutilisation en passant éventuellement par le stockage. Pour être réutilisés, les matériaux ou produits doivent être identifiés avec la même pertinence qu’un matériau ou un produit neuf (référence, critères, résistance…). Ils fonctionnent eux aussi en réseau pour faciliter l’action et ont créé une plateforme.  Ils sont les seuls à s’occuper de récupérer les produits et matériaux des immeubles construits à partir des années après-guerre jusqu’à nos jours.  L’intelligence et l’énergie d’entreprendre de cette équipe a rendu possible  un concept militant de recyclage et réutilisation des matériaux et produits issus de la démolition. Ils ont créé des filières pour traiter chaque aspect du process et rendre possible ces idées théoriques. Aujourd’hui ils cheminent sur les terrains de rentabilité, de développement, d’efficacité, d’auto financement, d’emploie…Ils sont sollicités à l’étranger et sont prêts à aider et à proposer leurs modèles justes pour développer ces idées sustainable auxquelles ils croient.

Le site de Rotor…LA

Un article sur la plateforme OpalisICI

GA022015@suntrapFP

GA012015@suntrapFP

plan de réutilisation dans un magasin de carrelages récupérés lors d’une démolition d’un immeuble année 30

Encore envie de soleil?…La plage…A suivre…LA

En savoir plus sur les Global Awards for Sustainable Architecture sur le site de Locus Fundation membre fondateur…ICI

Publicités
Idées et pragmatisme…du développement soutenable…part 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s