une semaine sur les hauteurs

Cette semaine j’ai parcouru des cimes…

Un tour en Suisse du coté de Lausanne et Genève puis bref écho sur le colloque Lewis Mumford.

Une semaine …pointue donc!

Premier en cordée…

Au centre culturel suisse il y a quelques jours l’architecte Charles Pictet était là pour raconter son parcours. Suite à un prix obtenu en 2000, il s’installe. Comme beaucoup d’architecte, il débute avec des petits projets venant de commandes privées. Ces programmes lui permettent de s’approprier « … les valeurs de dimension «  comme il dit. Les projets de transformation d’existant lui donnent l’occasion de « regarder l’architecture existante, l’architecture ancienne » d’apprendre de ce qui existe, de décrypter les savoirs faire, les matériaux.

ch.pictet02@suntrapFP

ces projets sont des bâtiments de ferme à transformer (ancienne étable) en logement, ou en atelier d’artistes et à chaque fois les questions sont posées différemment … des questions sur la transformation de la fonction du lieu, sur l’utilisation de l’existant.

L’exemple de la double hauteur de l’espace d’entreposage de l’ancienne charrette à foin et paille devient l’entrée commune des logements, le noyau de dessertes . Et la lumière du lieu est diffusée par des parois en claustra de briques faisant séparation .

Comment intervenir dans un lieu chargé d’histoire du 17ème, 18ème siècle qui fut une étable et doit être transformée en atelier d’artiste en étage? Par souci d’ntervention minimale et visible/invisible, un plancher autoportant de 13m en bois de 150cm de haut à caissons devient le seul parti pris créatif fort de cette ancienne grange et le rez de chaussée est préservé en l’état avec ses traces d’histoires.

D’autres histoires …

Projet urbain à Genève : le projet d’un immeuble de logement pour étudiants au coeur d’un quartier « collage » formé par des barres en peigne le long du Rhône, et par un îlot année 80, se concrétise par un immeuble placard collé à une des barres formant peigne. Le programme comprend des espaces partagés…La volumétrie projetée aboutit à une négociation sur la hauteur de la construction « on voulait 4 étages de plus on en a obtenu 1 » le tout en brique « je trouve que c’est un matériau très moderne » et puis  les contraintes de label Minergie  et d’autres : le « Pas le droit de finir en brique contre la menuiserie » finissent par créer un motif de la brique en retour de tableau.

Charles Pictet architecte © Thomas Jantscher

Un autre projet, celui d’une maison pour un particulier est réalisé à partir de la transformation et de l’extension d’un bâtiment existant : une ancienne serre chauffée d’un domaine du 18 ème siècle.  maison neuve à Frontenex.

Une maison de vacances… un chalet aux Diablerets : « une gageure pour les Suisses ». Les réglementations pour un chalet sont très contraignantes. Le chalet de C. Pictet.est traité comme un projet palladien : un plan carré avec un axe de symétrie. Cet axe tourne de 90° à chaque étage afin de décaler ce jeu formel et ainsi désorienter les perceptions des personnes.

ch.pictet08@suntrapFP

La maison du musicien à Anieres où tout est tramé comme une composition, avec des matériaux et des espaces clairs et simples : béton, brique poteau/poutre et remplissage, des fenêtres en bronze.(ouep!)

Le besoin d’une piscine pour un particulier à Vandoeuvre se métamorphose en  un véritable petit projet de bâtiments,  un ilot dans le jardin où est concentré un programme enrichi au fur et à mesure par des éléments disparates, comme des dépendances de siècle passé : écurie, orangerie, porcherie…et piscine. L’harmonisation de l’ensemble est calculée avec une trame de 40cm et une brique spécialement réalisée pour le projet. Les plafonds sont en voutains de terre cuite, les toitures en terrasse participent à la vue dégagée.

Charles Pictet architecte © Thomas Jantscher

Bâtiments de logements à Nyon : C’est un bâtiment dans un contexte de programmes différents : bureaux, entreprises…

Un travail sur les vues intérieures et extérieures a été réalisé pour augmenter les impressions d’espace.

Le matériau est de la brique de plâtrier coupée en 2 dans le sens de la longueur, puis badigeonnée grossièrement de façon que la couleur de la terre cuite apparaisse inégalement.  » J’avais promis de donner une bouteille de Vodka à chaque peintre s’ils ne peignaient pas les briques correctement. »

Charles Pictet s’excuse en riant de ce temps qui passe : « J’avais prévu de vous parler beaucoup ». Passe rapidement sur certains de ses projets et termine son exposé par deux projets emblématiques…

Charles Pictet architecte © Thomas Jantscher

La maison de 1400 m² à Cologny… Avec ce genre de challenge le mot d’ordre est « domesticité » ce qui veut dire pour C. Pictet de transformer quelque chose d’immense vers une volumétrie agréable à vivre. La brique est faite sur mesure et les maçons œuvrant dans ce genre de projet « sont tous des ébénistes ».

La tour de la porte de la Chapelle à Paris,concours international gagné fin 2014, en association avec l’atelier Martel sur le terrain lot F pour la RIVP, un programme de 2 niveaux d’ateliers et au-dessus des logements .

Face Nord…en chaussons

Un drôle de pics ce nouveau format auquel appartient ce colloque de la cité de l’architecture « écosophie »mais qu’est-ce au juste ?.. tentative d’explication trouvé par googélisation …

« l’homme ne se situe pas au sommet de la hiérarchie du vivant, mais s’inscrit au contraire dans l’écosphère comme une partie qui s’insère dans le tout » Arne Næss

Un monde transversal et non pyramidal où tout est important?…Génial!

Et le tout est : philosophique, économique, écologique, politique, social etc…Le tout quoi! L’idée, en fait, c’est d’avoir une vision liée avec le tout et non isolée dans le détail…de notre seule profession.

Lewis Mumford (1895-1990) fut donc, une pointure de la critique architecturale et fut un aware (dixit JP V)  en pas mal de choses aussi…un homme pluri qui voulait comprendre le monde dans sa globalité et non par un seul bout …(+infos)

Quelques idées…

« le piège de la mécanique va détruire la ville »

… contrairement à l’idée qui peut émerger de cette phrase, il n’est ni technophobe ni technophile.

Th Pacquot : Pour Mumford, la mécanique évacue l’homme du champ de l’espace. Par exemple,  l’homme est passé du travail chez lui dans son espace de travail (espace privatif) à l’usine. L’espace qu’il utilise n’est plus le même. l’homme a été évacué de son espace de travail.

(NDR : l’être humain avec l’époque industrielle est passé de l’espace personnel de travail à l’espace collectif impersonnel et de la personne impliquée à la personne irresponsabilisée n’étant qu’un maillon d’une chaîne que l’on ne maîtrise ni ne comprend plus)

Chris Younés : de ce fait pour lui, la ville mécanisée n’a plus la capacité d’aimer …

Th Pacquot :  pour lui la révolution industrielle n’est pas due à l’invention de la machine à vapeur mais à celle de l’horloge mécanique (14ème siècle). Le rapport au temps a été changé. il est mesuré, c’est un facteur déterminant. En 1840, avec le transport ferroviaire il a été nécessaire d’unifier le temps partout en France et en Algérie. « Unifier les temporalités pour unifier les spatialités ». Ceci détermine l’origine d’un système social : le capitalisme industriel.

Sur L. Mumford et la technique, un article …la

Mumford critique d’architecture…

« Personne ne doit me dicter ce que je dois penser »…Quoi? un rebelle ! 😉

Mumford critique d’architecture tient une rubrique de 1931 à 1963 sur l’architecture,  « skyline » dans le New Yorker. « C’est un déroulé de l’histoire de l’architecture. » Il n’allait pas aux inaugurations et visitait les immeubles une fois construits pour se faire une opinion. Il a écrit beaucoup d’articles contre les gratte-ciels new yorkais.

Le contre-exemple du système français dénoncé par F. Chaslin, Th. Pacquot raconte : « pour  l’inauguration du quai Branly, les critiques français  devaient rendre leur copie 6 mois à l’avance et donc avaient fait leur papier avant la visite.  Alors que les presses anglaises, japonaises…ont rendu leur papier dans les mois qui ont suivi la visite. »

Quelques articles in english de lui…ici

la ville…pour L. Mumford

Chris Younés : …la maison est entendue comme modèle pour son échelle et le contact qu’elle entretient avec le sol et avec les  saisons. Il y a une préoccupation sur l’importance de la taille de la ville. Trouver la bonne taille…Cela se rapproche des questions actuelles sur la densité des villes et sur leur rapport au sol… Parallèlement, il est opposé à l’étalement qui est destructeur de campagne… Ce qui est important aussi dans la ville, c’est le jardin, le parc.

Thierry Pacquot : un ardent défenseur des cités jardins…Il a résidé dans des cités jardins car lorsqu’il vante un modèle urbain, il y réside.

Pour lui « la mégapole n’est pas une fatalité ». Comme FL Wright, il est pour des unités locales organisées. Il est contre la grande ville mais pas contre la citadinité.

Pour L Mumford La ville doit avoir 3 qualités : l’urbanité, la diversité et l’altérité.

Thierry Pacquot : il n’est pas pour le village. Il y a une masse critique pour pouvoir exprimer ses 3 qualités.

Chris Younés :..Il a un réel amour des villes : New York, Londres.

Pour conclure…

Il a été très peu traduit en France, plutôt en Angleterre en Allemagne, en Italie. Un écolo avant l’heure, antinucléaire. Il anticipe des discours que l’on a aujourd’hui. En 65, il écrit une lettre à Johnson pour lui demander l’arrêt des bombardements au Vietnam. Kevin Linch a décidé de devenir urbaniste à la lecture des écrits de L. Mumford.

Lors de la « grande époque » des années postmodernismes, les bibliothèques de certaines écoles d’archi étaient pourvues au moins de « la cité à travers l’histoire » de L. Mumford et une partie du corps enseignant s’en référait…Qu’en est-il aujourd’hui?

Un article sur lui en plus …la

Publicités
une semaine sur les hauteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s