Tank aux entretiens à Chaillot

Il y a quelques temps déjà, j’étais tombée en arrêt devant un article dans le magasine A10 concernant l’une des réalisations de l’agence Tank  : le collège Levi Strauss à Lille. Et quoi de mieux que ces entretiens de Chaillot pour aller écouter et voir ce qu’ils projettent et concrétisent sous cette étiquette « Tank ».

 «…la position engagée de l’architecte, garant d’une qualité et d’une réflexion libérée des pressions diverses». Cette équipe «évolutive et ouverte », dont l’ambition est de créer « des lieux sensibles, poétiques et justes », considère que « sens et contenu sont aussi importants que le résultat ». Pour cela, il est parfois « nécessaire d’aller au-delà des questions posées et d’étendre la réflexion ».

Extrait des nouveaux albums de la jeune architecture 2005 2006

Tank… drôle de nom… mais après tout peut être nécessaire de nos jours dans cette profession. Ils ne sont pas aussi « char d’assaut » que présupposé… la réflexion fait partie de leur élan créatif. Ils sont deux mais ils sont aussi une équipe … »car les collaborateurs… on est pas très bons » ouep ouep.^^… et en les regardant une phrase me vient … « l’avenir est encore à ceux qui commencent tôt » … Spéciale dédicace pour tous ceux qui n’ont pas d’horloge biologique interne et qui naviguent par temps de brumes intenses sans boussole biologique… No way! Si tu n’as pas commencé dès ton premier biberon … t’as aucune chance! … Je plaisante :-)… du moins j’espère… quoique…

Donc, Tank… et l’intitulé de la conférence « Substrats »… C’est clair nous sommes dans le végétal et dans l’alimentaire, deux thèmes que j’arrive encore à comprendre.

Petite présentation de l’agence avec photo… sur un mur, un tag  réalisé par « ami taggueur-artiste-graphiste »…

Et les réalisations

Passerelle à Villers-sur-Authie

Un château entouré de douves avec une entrée latérale… le but : retrouver une entrée dans l’axe historique de la façade principale. L’objectif de Tank : minimisé l’impact au niveau du paysage … en creusant les allées et maintenir une position forte : … la passerelle en acier cortene.

 4 maisons jumelées à Villeneuve D’Ascq

 

Un site coupé du monde : un jardin, un bois et une usine dans le voisinage.

Le programme : 4 maisons pour cadres en itinérance et la nécessité de pouvoir faire évoluer le programme dans le futur  en 2 maisons ou une seule maison.

Une recherche sur l’intime en créant une sensation d’isolement (les vues sont soigneusement calculées) et sur le partagé avec une place centrale desservant les maisons.

Possibilité de démonter entièrement le bâtiment : le bâtiment est à la fois très présent et il préserve aussi l’état initial du jardin… il est posé au dessus du terrain.

Vitré? le pare soleil naturel du sous-bois demande au bâtiment de rechercher une grande ouverture à l’ensoleillement. En compensation pour l’occultation : un jeu de rideaux transparents et opaques est à l’usage des occupants.

Maisons

« l’architecture est narrative… le projet a son histoire propre » 

« l’architecture doit accepter de vieillir »

« dialogue poétique et sensible avec le site »

Collége Claude Levi Strauss à Lilles

 

« Lille est une ville qui essaye de s’affranchir de ses limites et de ses barrières »

Le site est dans un lieu très chaotique: un collage de bâtiments de différentes époques, de voies…. Le collége voulait être comme l’ancienne citadelle : « le moins de contact possible avec la ville… On (Tank) voulait éviter l’image de la citadelle  » .

Pour eux il y a l’importance aussi  » des vieux colléges avec les marronniers »…et l’envi d’ » une institution qui s’ouvre sur la ville… un projet progressiste »

Porosité : L’entrée s’ouvre sur un grand parvis qui sécurise l’accés et la sortie des éléves et qui crée avec l’autre parvis devant le gymnase  des porosités, des liens entre l’équipement et la ville. Dans le même esprit d’ouverture sur la ville, la cour de récreation est visible depuis la rue.

Brique : Pourquoi le choix du matériau : la brique ? » Lille a du mal avec la brique… pour nous (la brique), c’est l’artisanat.. on sent la main, on sent la vie… » La brique vernissée présente en façade n’est  « pas un travail décoratif, la brique vernissée sert à montrer ce qui se passe derrière les façades ».

Médiathèque de Proville(english)

© Julien Lanoo

Le programme remplissait la parcelle.  « on a essayé de donner de la lumière a une parcelle qui n’en avait pas ». Au départ, ils ont conçu un bâtiment terrasse plate et ensuite ils ont été obligé de travailler avec des toitures. « Ce concours a été gagné avec l’espace sur le toit »

La minoterie de Roubaix :

 « La question du bois et de son vieillissement.. une réhabilitation très lourde. » Tank

9 maisons à Lens :  (english)

Tank Architectes

Initialement un programme de maisons individuelles sur un terrain ou d’un coté existent des tours de 9 étages et de l’autre des lotissements. Tank s’est libéré du programme demandé de maisons individuelles en  proposant de trouver une urbanité à ce site.  Leur idée a été de créer un front bâti homogène de maisons en bande.

Ruche et parking silo à Tourcoing

Tank Architectes

Un site industriel en reconversion. Ce programme mixte pose aussi la question de la mutabilité des bâtiments dans le temps et comment prévoir leur possible conversion future.  Leur réponse est de créer des modules qui permettent une flexibilité de programme. Module au design très seventies …

« on n’a pas de dogme esthétique, les projets des années 70 ne nous posent aucun problème »Tank

Concours du centre nautique du Grand Large à Péronnes en Belgique :

Le fameux concours perdu qu’ils auraient tellement aimé gagner.

Le centre nautique existant est invisible et éclaté dans un paysage s’ouvrant sur une grande étendue d’eau.

Leur ‘idée est de donner une nouvelle image, une nouvelle histoire à ce centre. Faire un bâtiment repère et retrouver la relation avec l’eau. Le bois  est le matériau faisant référence à l’architecture navale traditionnelle.  Ce matériau se plie pour donner légèreté à l’ensemble.

Médiathèque à la Madeleine :

domus-10-thank-mediatheque

Tank, Mediatheque La Madeleine, La Madeleine, France. Photo PM Rouxel

Le site : une place en recherche de centralité… un  bâtiment existant plutôt austère contenant le futur programme et  une expansion poétique sur l’envers de ce décor : une toiture en bois « en apesanteur».

Questions :

Q : Dans les 1ers projets… c’était plutôt parrallélipediques…puis au fur et à mesure la structure devient de plus en plus importante et la forme du triangle revient ?

Tank : Plus de richesse spatiale avec la pente et les toits. Le triangle qui revient? … Oui il semblerait… il y a sûrement un truc.

Q : Sur la question de la structure : la médiathèque de la Madeleine, qu’est-ce que cela donnerait sans son mobilier? »

T : On voulait que cela soit un espace qui soit totalement libre de son occupation future… Nous avons une admiration pour les bâtiments qui durent, qui tiennent… Chercher à optimiser la matière en faisant mieux avec moins.

Q : Question sur le logement. Vu votre position géographique entre la France et la Belgique, estimez-vous qu’en France le maître d’ouvrage est à la hauteur de ses ambitions pour le logement?

T : on a une activité pour le logement social en France… Il y a la question du financement… Tout va très vite… Il y a une contradiction entre les moyens pour faire et les volontés de faire…L’architecte doit jouer son rôle de contre-pouvoir… Tout n’est pas noir, mais c’est difficile.

Q : Votre statut d’AJAP vous a aidé pour les commandes?

T : La question de la notoriété pour les M.O. (maître d’ouvrage) dans le Nord n’est pas très répandue, sauf chez les M.O. éclairés.

Q : Vous avez des références d’architectes ou d’artistes pour vos projets? Et pourquoi avez-vous perdu le concours du centre nautique?

R : On utilise de moins en moins de référence d’architectes… plus on travaille et plus on s’appuie sur nous-mêmes et sur le contexte du projet.

Pour les concours belges, les jurys doivent justifier leur choix. On a reçu le rapport. Ils ont fait le choix de la modestie. On avait une approche plus « française ».

Q : Complexité de votre architecture! Comment vous avez fait pour faire accepter vos projets par le M.O. ?

T : Par un gros travail de pédagogie et de discussion, avec beaucoup de maquettes de recherche. Pour les M.O. les plus difficiles, on a d’autres arguments…

C’est important pour les architectes d’avoir de l’exigence. La complexité cela fait progresser tout le monde. Doser les moments où l’on met l’énergie … et ceux où on en met moins.

 Vidéo de la conférence ICI

NDR : les liens se trouvent dans le texte…jeu du cache /cache

Publicités
Tank aux entretiens à Chaillot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s