Stephane Paumier – architecte indien

Il y a quelques jours, avait lieu une conférence à la SFA .  Stephane Paumier est  un architecte installé en Inde depuis sa sortie de diplôme.

SFA : « on le connait depuis longtemps, mais on ne le voit pas souvent…

Dites nous à quel point cette aventure est exotique »

S. Paumier : « je dois beaucoup à l’école de Belleville et je m’en rappelle… Je suis parti en Inde pour du suivi de chantier…la 1er année, j’ai beaucoup voyagé » …

Des croquis, beaucoup de croquis sur les bâtiments, les lieux, …La mosquée de Dehli, les rives de Bénares, Le Corbusier à Chandigarh…

De ChandigarhS.Paumier est « .imprésionné par les bâtiments… pas par les distances entre … trop éloignés, trop chaud pour parcourir autant de distance.. »

De Dacca … et de Louis Khan, il retient entre autre… « Comment un bâtiment crée une topographie? »

De l’Inde« une influence qui est venu petit à petit »

Les architectes qui font l’architecture en Inde  de 1960 à 1990

Mahendra Raj … le génie de la structure

Joseph Alan Steina débuté sa carrière aux USA, puis a adapté au contexte indien ses acquis  sur l’industrialisation : les structures industrialisées, la préfabrication.

Balkrishna Vithaldas Doshi a participé à la transition entre la tradition et la modernité en architecture.

Charles Correa, Raj Lewal ont proposé une architecture moderne dans les années 70 et font parti du débat sur l’identité indienne à partir des années 80.

Puis …Les réalisations :

L’alliance française de Dehli 2001

Un concours gagné… L’alliance française, c’est un mix de la culture indienne et de la culture française. Pour S. Paumier c’est répondre en additionnant le high tech (européen) avec le high craft ( indien).

Une structure en bambou … tout est dessiné même le mobilier…  » Ca ne coûte pas plus cher que les sièges chinois » S.Paumier

La logique en Inde est de  » minimiser les matériaux plutôt que la main d’oeuvre ». Pour nos sociétes c’est l’opposé.

Des panneaux solaires en toiture servent à faire fonctionner les ordinateurs.

Tarun Tahiliani Headquarter Gurgaon Haryana 2006-2008

C’est un bâtiment pour un styliste de mode qui comprend l’usine de production, et au dessus donnant sur un jardin : les ateliers de design, le show-room. Il est situé dans une zone industrielle « horrible« . Le contexte alentour détermine  l »introversion du bâtiment.  Une réinterprétation de l’architecture traditionnelle. Les matériaux employés sont le béton brut et la brique. Pour gérer les problèmes de températures élevées du climat est utilisé des parois doubles.

Sur ce projet, S. Paumier a du tout dessiné même les plans d’exécution pour les entreprises. Ce qui permet de maîtriser mieux le résultat.

Triburg headquarter Gurgoan Harayana


Un programme de 20 000 m² de bureaux pour une société d’import/export. Une société qui travaille avec plusieurs marques. L’idée était de travailler sur un réseau de modules attribués à chaque marque. La mise en réseau de ses modules est complexe et simple. Simple?  En cherchant par des effets de perspectives à rendre les espaces totalement lisibles, tout en gardant une fonctionnalité plus complexe qu’un simple plateau de bureaux à l’occidentale. 

Le contexte extérieur changeant ne permet pas de s’y rattacher. Le parti a été de tourner le bâtiment vers l’intérieur.

Op Jindal Global University  Somepat  2008

Une commande privée avec un programme pas assez défini… des délais très courts : un challenge. (+ photos)

C’est un campus de 150 000m² sur 30ha, établi par S. Paumier sur la base du rectangle d’or.

Les bâtiments d’enseignements sont réalisés avec des ponts métalliques de 60m  de long par 15 m de haut sur des plots de 8m de haut qui créent un courant d’air. Un chantier de 2500 ouvriers fait par la plus grosse entreprise indienne.

les logements des profs des immeubles :

Les immeubles-villas sont réalisés en structure pyramidale d’appartements qui possédent chacun une loggia et un patio. Les matériaux employés sont le béton et la brique.

Le village des étudiants :

Plusieurs bâtiments reliés par des systèmes de ponts/ passerelles

Ambassade franco allemande Dacca 2009

Un concours .. l’esprit? associé les 2 ambassades comme 2 branches d’ADN. .. pas évident, les méthodes de travail ne sont pas les mêmes… et faire une ambassade au Bangladesh c’est comme « faire une prison haute sécurité. »..

Bhishangarh fort Hotel au Rahjastan.. Une hôtel au dessus d’un fort….resté au stade de projet.. (+info)

Questions

Q : »…poids de la législation, la réglementation? »

S.P : « Dans les villes… l’obsession, c’est la surface construite » … « ce n’est pas l’esthétique… pas de contrôle à ce niveau là…une compléte absence de projet urbain…Il existe une agence d’état qui s’occupe de faire de grand quadrillage de zone… pas d’intention esthétique… un point de vue très technique … En Inde, l’espace public n’est pas considéré… par contre le chez soi est très important.  »

Q : « la commande? »

S.P :  » Les concours… Plutôt opaques. Les projets privés, c’est plus simple. » L’inconvénient  » Beaucoup d’esquisses .. pour très peu de travail construit »

Publicités
Stephane Paumier – architecte indien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s