Rem Koolhass à Beaubourg

Vendredi, Rem Koolhass était l’invité du centre Pompidou. Dans le cadre d’une réflexion menée par P. Falguières sur l’histoire de l’art par ses artistes même.

Le patrimoine est un vaste sujet et R. Koolhass nous entraine dans sa réflexion sur l’historicisme en architecture, le pendant de son exposition « Cronocaos »

En attendant de visualiser cette conférence en vidéo ou de voir son expo « Cronocaos », voici quelques questions qui m’ont interpellées …

Le sujet en recto était patrimoine, préservation et en verso quelle situation pour l’architecture et les architectes… S’appuyant sur des chiffres et une analyse concrète de la situation actuelle mondiale sur la préservation : « 10% de la surface du globe est considérée comme patrimoine ».. et de l’évolution de cette notion : qu’est ce qu’on garde, on préserve et sur quelles bases : l’authentique, le naturel …. ? Il pose en filigramme aussi la question du devenir de l’architecture et des architectes.

Le concept de préservation a évolué depuis le moment de sa prise en compte ( fin 18ème pour la France)  et est devenu de plus en plus flou.

On ne peut effectivement éradiqué la recherche et la modernité qui fonctionnent avec la préservation … »L’ apparition de la notion de patrimoine a été parallèle avec l’apparition de la modernité. »

« la préservation fait partie de la modernité ».. on s’est posé la question comme « tout change vite qu’est ce qu’on préserve? »… le patrimoine c’est aussi bien le bâti, que les milieux naturels ou certains systèmes (ou une ligne de chemin de fer d’altitude en Suisses par exemple)

Le patrimoine en tant que système de mise en valeur de protection et de préservation est aussi conditionné par l’évolution de l’attrait touristique : l’un est lié à l’autre avec plus ou moins de bonheur. Il n’est plus tributaire d’une datation : la marge entre l’époque de l’édification et la préservation s’est réduite jusqu’à ne plus exister…

l’architecture des années 50 à 70 est victime de la rage du conservatisme. Elle est  non reconnue surtout par le politique.. Pour R. Koolhass, il y a un élan vers le conservatisme et une régression sur la modernité du point de vue du politique.  Comment dans ce monde  peut-on  préserver…. et construire sans détruire?

La profession s’est affaiblie : « l’emploi du mot « starchitecte » est un moyen de ridiculiser ».

Remarque personnelle :  le mot « architecte » est employé à toutes les sauces : informatique, mode…. Démocratisation? ou perte du rôle et de la nécessité de l’architecte et de l’architecture? Une impression d’engloutissement, de perte de sens?

Et puis, l’architecture a un « problème » : » au nom de monument historique… on fait du camouflage, du pastiche casi historique! »

et enfin une question très importante : « si le monde se remplit comment le libére-ton ? « . Faut-il mettre des « limites » entre préservation, démolition et construction, que faire? …. à suivre!

Constat pessimiste et questions importantes.

Publicités
Rem Koolhass à Beaubourg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s